Nos partenaires

15 juin 2012

Le projet « Pêcheurs de sons » est soutenu et financé par le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, le programme européen Peja (Jeunesse en Action) et le conseil général du Bas-Rhin

 

Nos partenaires dans nos partenaires logo-peja-300x113logo_parc dans nos partenaires

 

 

Portrait sonore de Meisenthal

25 mai 2012


Portrait sonore de Meisenthal  dans audio DSC03597-300x225

 

 

Extrait de la carte postale sonore de Meisenthal réalisée par l’association Scène Musicale Mobile avec la collaboration d’autochtones de tout âge :

fichier mp3 meisenthalextrait

Portrait sonore de Lorentzen

25 mai 2012

Portrait sonore de Lorentzen dans audio lorentzen-004-small1-300x225

Une carte postale sonore réalisée par l’association Scène Musicale Mobile avec un groupe d’enfants de Lorentzen (Territoire du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord)

Les ateliers

25 mai 2012

Les ateliers dans Qu'est-ce que c'est DSC03536-225x300DSC03573-300x225 dans Qu'est-ce que c'est 

 

  

le principe des ateliers « Pêcheurs de sons »

 

Ces ateliers consistent à déterminer avec les participants les différents aspects du paysage sonore local, puis de les enregistrer. Ils sont pilotés par Thomas Valentin et Alexis Thépot, avec l’aide d’un technicien son.

Ils invitent les participants à identifier l’environnement naturel (faune, flore) et culturel  comme des sons coutumiers du territoire, ceux qui sont entrés dans les oreilles de tous et que l’on ignore souvent de par leur omniprésence (carillons d’églises, fontaines publiques, klaxon des commerçants ambulants, le chant des oiseaux, ouverture de la porte du café, bruit du vélo du facteur, etc…).

Réunis par groupes de 10/15 personnes, ils sont invités dans un premier temps (atelier 1) à livrer témoignage de leur cadre de vie : l’histoire et les légendes du village, de la ville, le biotope du territoire, leur quotidien, etc…. les deux animateurs peuvent avoir recours à des activités spécifiques pour faciliter l’émergence de sons (un parcours du village les yeux bandés par exemple).

A partir des témoignages, le groupe décide de la nature des sons à capturer, et si l’avancement est bon, on peut enregistrer dès le premier atelier.

Dans un deuxième temps (atelier 2), certains récits sont enregistrés, mais aussi des chants, des expressions spécifiques, etc… Le deuxième atelier procède à une restitution des sons captés pour vérifier auprès des participants que cela représente bien le village, et les deux animateurs montrent comment ils peuvent être assemblés pour composer une partition musicale.

Un concert aura lieu à la fin des ateliers afin de dévoiler la carte postale sonore réalisée